dimanche 4 mai 2008

Etude sur l'utilisation d'internet et des réseaux sociaux

From: morabito, 22 hours ago

En Février 2008 vous avez été nombreux à participer au questionnaire sur l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux que j’ai mis en place, avec 4 autres collègues, dans le cadre du projet « Création d’un Produit Innovant (CPI) réalisé en collaboration avec Centrale Paris, Essec et Strate College.
Début Mai 2008 l’analyse du questionnaire est achevée et quelques éléments intéressants en ressortent.

Tout d’abord le sexe de l’échantillon et des bloggeurs : éminemment masculin !
Notre échantillon est constitué à 60% d’hommes et, s’il est vrai que beaucoup d’écoles d’ingénieurs ont été appelées à contribution pour répondre au questionnaire (écoles souvent fréquentées à plus de 90% par des hommes), il est vrai que nous avons également adressé des groupements professionnels mixtes (Adetem, Groupe Marketing BPI, réseau Oudinot), voir carrément féminins (HEC au Féminin). Il y a là donc un premier indice révélateur.
L’observation devient plus flagrante lorsque l’on étudie le sexe des bloggeurs : 66% sont des hommes. On se croirait revenus à l’Angleterre des XIX et XX siècles avec ses clubs exclusifs! Et lorsque l’on regarde du côté des réseaux sociaux technophiles liés au monde réel -rencontres, bar camps, conférences- les pourcentages atteignent des sommets encore plus « inquiétants ». Au BarCamp organisé par FaberNovel en Février 2008 nous étions uniquement 3 femmes, contre une bonne cinquantaine d’hommes !
Il suffit par ailleurs de jeter un coup d’œil aux noms des inscrits aux barcamps français cités par http://www.barcamp.org/PreviousBarCamps, pour se rendre compte que ce n’est guère une exception ! Tiens, je prends un autre barcamp au hasard, où les filles étaient 17 sur 120 inscrits …: http://www.barcamp.org/VideoCampParis1.

Indépendamment du sexe, reste le fait que l’expression de ses opinions en ligne semble avoir conquis un peu plus de 40% des internautes, qui animent activement blogs ou sites personnels. Les plus impliqués sont les 26-35, mais les 15-25 et les 36-45 suivent de très près.
Ce qui frappe dans cette nouvelle tendance à l’expression en ligne, est le tiraillement permanent des internautes entre la fascination d’une visibilité accrue (la « web-starisation » maintenant accessible à tout un chacun) et la peur de tout dévoiler sur soi sur la toile. C’est quand même paradoxal, alors que l’on recherche volontairement une « web-présence », que l’on s’étonne ensuite de voir apparaitre des informations nous concernant sur internet. Ca fait penser à l’attitude de certaines stars de cinéma qui doivent une bonne partie de leur notoriété aux médias (qu’elles ne rechignent d’ailleurs pas à solliciter lorsque ça les arrange) mais clament à corps et à cri le respect de leur vie privée !

Un autre paradoxe se révèle lorsque nous posons la question à nos interviewés sur l’intérêt d’une page personnelle leur permettant de gérer toute l’information les concernant. Cette page est tout de suite vécue comme une intrusion dans la vie privée et non pas comme la possibilité rêvée d’exercer un véritable contrôle sur leur image numérique, leur permettant de regrouper, mettre en valeur ou effacer les informations qu’ils souhaitent.

Parmi les nombreux autres résultats de l’enquête, que je vous laisse découvrir dans le slide-show en annexe, il y en a un dernier qu’il me parait intéressant: les moteurs de recherche tels que nous les connaissons, atteignent leur phase de maturité.
Même si Google (99% de part de marché dans notre étude) et Yahoo (25% de PDM) se taillent toujours la part du lion, de plus en plus de moteurs alternatifs font leur apparition. La particularité de ces derniers ne se fait pas vraiment sur la recherche à proprement parler, car ils se basent à la grande majorité sur les algorithmes développés par Google ou Yahoo, mais sur la mise en forme de l’information trouvée. C’est ainsi que l’on constate l’apparition de moteurs qui présentent l’information sous forme de nuages de tags (http://www.quintura.com/), de clusters (http://www.clusty.com/) , de cartogrammes (http://www.kartoo.com/) ou d’un visiogramme personnalisable (http://www.ujiko.com/). Notons également l’apparition de moteurs de recherche qui « militent » pour le développement durable (http://www.veosearch.com/) ou pour le financement d’ONG (http://www.ethicle.org/), en reversant à des organismes choisis une somme pour chaque recherche effectuée.

En guise de conclusion, je retire de cette étude des sentiments contrastants : l’internaute me parait faire preuve à la fois d’esprit bon enfant, d’une certaine dose de voyeurisme et d’une circonspection frôlant parfois la méfiance. Le tout sur fond d’« internet durable » !

13 commentaires:

Marc JESTIN a dit…

Stella,
Félicitations pour votre démarche complète et intégrée dans ce domaine.
Je ne doute pas qu'elle sera de nature à attirer de bons candidats pour faire appel à vos services.
Je vous invite, si vous le souhaitez, à publier une information dans le forum Networkers in the City
Bien cordialement,
Marc

P-Yves Platini a dit…

Très belle étude !
Merci de l'avoir partagée avec nous (ie le reste du monde).

judithabitbol a dit…

Bravo Stella pour ce travail précis et passionnant. Bravo également pour le nouveau tournant que tu as décidé de donner à ta vie, en sacrifiant certainement de nombreuses heures de sommeil et ou de plaisir.
très cordialement,

Judith Abitbol

Rup a dit…

Merci d'avoir publié les résultats de cette étude très détaillée.
Il serait intéressant d'élargir la notion de "surf internet" à l'abonnement à des flux d'information type RSS, Atom, etc. En effet, c'est un mode d'information essentiel, très utilisé, qui modifie l'interaction entre l'utilisateur et le Web puisqu'après un surf de recherche, l'internaute peut recueillir un flux d'informations régulières depuis une source fiable identifiée par lui, sans avoir à surfer de nouveau : toute une problématique pour les publicitaires en ligne !

Rup

Stella Morabito a dit…

En réponse à Rup:
Vous avez raison Rup, l'agrégation de contenu via flux RSS et Atome est fondamentale. Mais quand on voit que dans l'échantillon que nous avons sondé 40% ne sait pas du tout ce qu'est l'agrégation de contenu et 15% de ceux qui la connaissent n'en voient pas l'intérêt, je me dis que nos interviewés n'étaient peut-être pas encore mûrs pour des questions plus poussées sur ce sujet! Les mot RSS et Atome sont encore des illustres inconnus pour beaucoup d'internautes...

Marie France a dit…

Merci Stella d'avoir partagé avec nous les résultats de cette étude.

1) Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer une invitation pour intégrer le réseau virtuel Internations. Tout est en anglais mais vous aurez accès à une population d'expatriés assez branchés et probablement intéressants sur le plan utilisation des nouvelles technos.


2) Que pensez vous du service www.wiki.com qui permet de référencer sa page perso sous wiki en bonne place dans les outils de recherche type google ?

Cordialement

Marie France

InterNations is a trusted network dedicated to internationally minded people living abroad (people
working for international companies, political and non-govermental organisations or diplomatic
services, as well as their accompanying family partners). Expatriates can connect, reconnect and
interact with other global minds within a community of helpfulness, trust and confidence.

With InterNations you can:

- Get in touch with other expatriates and international friends in more than 200 cities and
countries all over the world
- Find and exchange trusted information and tips with people living abroad like you
- Discuss and share your interests and thoughts in the Forums
- Support young people in getting international education and experience

Stella Morabito a dit…

Message pour Marie-France
Marie-France,
je ne peux malheureusement pas vous répondre par mail car vos coordonnées ne s'affichent pas. Veuillez me recontacter à l'adresse stella.morabito@free.fr si vous voyez ce message. Merci

P. Erol GIRAUDY a dit…

Merci pour cette étude

EROL

Anne a dit…

Félicitations Stella pour cette initiative.
Il est simplement dommage que l'échantillon de répondants soit quelque peu restreint aux élèves des grandes écoles.
Difficile de généraliser cela à l'échelle de la population française.

Stella Morabito a dit…

Réponse à Anne.
Bonjour Anne et merci pour votre message.
Les étudiants de grandes écoles représentent 31% de notre échantillon et même si c'est un pourcentage important il y a quand même 69% de participants qui n'en font pas partie. L'échantillon n'est donc pas si biaisé que ça! Cela dit pour que ça soit représentatif de la population française il aurait fallu que l'on interviewe au moins 1000 personnes sur tout le territoire, ce qui n'était ni dans nos ambitions ni dans nos moyens... Il faut donc prendre l'étude avec les précautions qui s'imposent. Mais la composition de notre échantillon est clairement détaillée dans l'étude...

MB a dit…

D'abord merci pour cette publication.

Cela fait beaucoup réfléchir en tant que parent. Les thèmes de l'identité et de la réputation numérique sont mal connus des enseignants, et presque ignorés de la plupart des parents.

Quels enseignements et conseils à donner à nos enfants sur ce monde numérique, qui tel la langue d'Esope, peut être la meilleure comme la pire des choses ?

Votre enquête donne en tous cas des éléments intéressants.

Eric MESSECA a dit…

Merci Stella

Tu as éclairé par ton étude, entre de très bonnes choses, le paradoxe de l'exception à la Française. Il nous est difficile en France d'appliquer simplement une méthode qui a fait ses preuves dans le monde...on préfère la réinventer . Ta conclusion que j'invite chacun à relire résume bien l'état des lieux en 2008. Pas de panique... c'était déjà comme cela lorsque j'analysais les usages avant 2000. La France est championne aux JO des changements lents des usages. On a mis 10 ans pour s'habituer à la télé, 10 ans pour utiliser le minitel...comme le monde s'accélère nos compatriotes mettront moins que 10 ans pour découvrir la puissance de la révolution des usages du web.

PaPhlip a dit…

Merci pour cette étude !
Claire et factuelle, ça se lit tout seul :-)
A faire lire à tous les réticents des réseaux sociaux !! Et il y en a beaucoup encore ...